TEXTE. Traduction de Ruben de Labastide.

<PETIITE SOMME CONTRE LES ERREURS CONNUES DES HÉRÉTIQUES>

Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, amen.
À la louange de la bienheureuse Vierge, de tous les Saints et de la sainte Église romaine.
1Comme le dit l’Esprit Saint aux prélats et gardiens de la vigne et de l’Église du Seigneur, par l’intermédiaire de Salomon dans le Cantique des cantiques : « Attrapez-nous les petits renards qui ravagent les vignes »2, tout d’abord, avec l’enseignement et l’aide du même Esprit Saint pour capturer et confondre les renards, qui sont les dépravations hérétiques dévastant l’Église, nous révélons les erreurs et stupidités des hérétiques – dans la mesure où nous avons pu les débusquer – parce que, comme le dit Boèce, « On ne peut éviter le mal que si on le connaît » ; ensuite nous nous appuyons dans cet opuscule sur certaines autorités du Nouveau Testament pour réfuter les points capitaux de leurs hérésies, et nous prouvons, par l’autorité des Saints, la foi de la sainte Église catholique – que nous appelons romaine –, par notre croyance et notre louange, afin que ceux qui sont en elle y restent fermement, mais que ceux qui sont éloignés d’elle par les tromperies des hérétiques y reviennent de nouveau, parce que cette foi est la foi catholique3 sans laquelle personne ne peut être sauvé, si ce n’est celui qui croit fidèlement et fermement en elle. C’est ce qui est signifié par ce navire dont Paul dit dans les Actes, au chapitre 27 : « Si vous ne restez pas dans le navire, vous ne pourrez pas être sauvés ». C’est ce qui est encore signifié par l’arche de Noé : ceux qui étaient à bord furent sauvés tandis que les autres furent anéantis ; de même les fidèles sont sauvés dans la foi catholique. C’est ce qu’indique l’apôtre Pierre dans sa deuxième épître, au chapitre trois. C’est ce qui est aussi signifié par la barque de Simon, dans laquelle monta Jésus, comme on le trouve chez Luc, chapitre cinq. C’est pourquoi Jacques dit : « Celui qui ramènera un pécheur de son égarement sauvera son âme de la mort »4, et il est évident que les hérétiques sont dans la mort du péché et qu’ils se dirigent vers la damnation éternelle.
Le bienheureux Augustin dit dans La foi catholique : « Tenez pour absolument certain et n’ayez aucun doute que tous les hérétiques ou schismatiques finiront avec le diable et ses anges dans le feu éternel, à moins de revenir et d’être réintégrés dans la foi catholique avant la fin de leur vie ». Et peu après ces mots, il ajoute : « Pour tout homme qui ne maintient pas l’unité de la foi catholique, ni le baptême, ni les aumônes, même distribuées à profusion, ni le courage d’affronter la mort au nom du Christ ne peuvent être utiles à son salut »5.
De même, il est écrit dans le livre des Décrétales de Grégoire IX : « Un homme doutant de sa foi est un homme sans foi ; il ne faut avoir aucune confiance en qui ignore la Foi de Vérité. »6. Le pape Léon a dit aussi : « Qui ne détourne pas les autres de l’erreur, alors que c’est en son pouvoir, démontre par là qu’il est lui-même dans l’erreur »7.
Par conséquent, très chers frères, afin que vous puissiez vous réjouir de votre salut et de celui de beaucoup d’autres, grâce aux exemples des bonnes œuvres, aux prières ferventes, aux pieux avertissements et au témoignage des saintes autorités, dans la mesure où l’Esprit Saint vous jugera dignes de vous en combler, jugez bon vous-mêmes de rappeler à la foi catholique aussi bien ceux qui doutent de leur foi que ceux qui sont dans l’erreur et envoient les autres dans l’erreur, pour la louange et la gloire de notre seigneur Jésus-Christ qui vit et règne avec le Père et le Saint Esprit, un seul Dieu, pour les siècles des siècles, Amen.

Voici les croyances et divisions des hérétiques divulguées pour les fidèles, afin que ces derniers sachent combattre les erreurs des cathares et des hommes perfides qui combattent la sainte Église catholique, appelée romaine.

Les hérétiques, ou cathares, disent et croient qu’il existe deux principes sans origine, l’un qu’ils disent être le Père céleste, le Dieu de gloire, l’autre qu’ils disent être le diable. Ils identifient ce dernier dans les Saintes Écritures à Satan, à l’antique serpent8 et au prince du monde selon ce passage évangélique : « Le prince de ce monde vient, déclare le Seigneur Jésus-Christ, et en moi il n’a rien »9. Ils disent aussi que ce dieu est appelé « le maître qui aveugle les esprits des infidèles » en se référant à ce passage évangélique : « Personne ne peut servir deux maîtres »10. Ils disent qu’il est « le dieu qui aveugle les esprits des infidèles » en suivant ce que dit l’Apôtre : « Le dieu de ce monde a aveuglé les esprits des infidèles »11.
De même, ils disent et croient que la substance des quatre éléments visibles, à savoir le feu, l’air, l’eau et la terre, est sans commencement ni fin.
De même, ils disent et croient que le prince de ce monde, qui est identifié à Satan et à l’antique serpent, a divisé ces quatre éléments visibles et qu’il les dota du soleil, de la lune et des étoiles, comme nous les voyons de nos propres yeux.
De même, ils disent que ce diable, prince du monde, fit et continue à faire tous les corps visibles composés de ces éléments inférieurs, aussi bien les corps des hommes que toutes les autres choses composées à partir de ces éléments. En bref, ils disent que tout ce qui est visible a été fait et composé à partir de ces quatre éléments inférieurs, et que c’est par la puissance, le pouvoir et la volonté de ce prince du mal que tout est fait et naît chaque jour.
Ils disent conséquemment que ce prince mauvais fit ou créa d’innombrables âmes quand il divisa et ordonna, ou anima, lesdits éléments. Mais d’autres parmi eux disent et conjecturent qu’il ne fit pas ou ne créa pas ces âmes, pensant que les âmes existent depuis toujours sans commencement.
De même, ils enseignent que ce dieu mauvais, qu’ils affirment être celui qui est appelé « dieu étranger » dans les saintes Écritures d’après ce passage : « Tu n’adoreras pas de dieu étranger»12, parla à Moïse et lui remit la Loi du Décalogue sur le mont Sinaï.
De même, ils disent que l’ensemble de l’Ancien Testament, excepté les seize prophètes et les cinq Livres de Salomon13 et des Psaumes, qu’ils feignent croire, a été institué par ce dieu mauvais et étranger.
De même, ils disent et croient que ce dieu étranger punira éternellement les âmes à cause des péchés qu’elles commettent dans leur vie présente. Il est aussi le dieu de ce qui périt. Ils disent en revanche que le Père de gloire céleste a toujours été sans commencement. Ils disent aussi qu’il est le principe de tout bien et de tout ce qui est permanent.
De même, ils disent qu’il existe quatre autres éléments invisibles au-dessus des éléments visibles. Ils disent aussi que leur substance existe depuis toujours et qu’elle fut divisée par le Dieu de gloire, le Père céleste.
De même, ils disent que le Père Saint, le Dieu de gloire, créa ou fit à partir de ces éléments un nombre innombrable de corps.
De même, ils disent et croient, ou pensent, que ce Père Saint créa ou fit d’innombrables âmes, et que ces âmes existent de toute éternité et sans commencement, et qu’il les inséra dans des corps, comme certains d’entre eux le pensent. Certains d’entre eux pensent aussi que ces âmes sont ce que tout le monde appelle « anges apostats » et ils disent que c’est à leur sujet que le Christ a dit « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël »14.
De même, ils disent et pensent que le Père saint, le Dieu de gloire, a créé ou fait, selon l’opinion de certains d’entre eux, d’innombrables esprits célestes. D’autres disent que ces esprits existent sans commencement. Ils disent qu’il a attribué ces esprits auxdites âmes pour les garder et gouverner, c’est-à-dire qu’il a assigné à chacune d’entre elles son propre esprit. En effet, à ce qu’ils disent, ces âmes n’étaient pas assez fortes ou savantes pour qu’elles puissent par elles-mêmes demeurer en leur état sans une quelconque gouverne.
Ils disent et pensent aussi que le prince du monde, appelé diable ou Satan, voyant que le Père saint demeurait au ciel dans une si grande et si magnifique gloire, avec tous les saints, fut pris de jalousie envers lui. Il monta alors au ciel, jusqu’à cette cour céleste et supérieure, en prenant des précautions. Ils pensent aussi que là, en parlant avec ces âmes, il les ravit par sa ruse et les conduisit sur notre terre et dans notre air ténébreux. Ils disent que l’apôtre et évangéliste Jean l’avait compris quand il a dit : « et le dragon, dit-il, précipita la tierce partie des étoiles sur la terre avec sa queue »15. En effet, il disent que cette tierce partie correspond à toute les âmes que le diable avait séduites, parce que ces étoiles sont la tierce partie des trois choses que nous avons dites, c’est-à-dire des corps, des âmes célestes et des esprits. Ce n’est donc pas, à ce qu’ils disent, les esprits qu’il abusa mais seulement les âmes.
Il ne fit pas descendre non plus leurs corps. Ils restèrent sur place. Ces corps sont les « os desséchés » dont parle le prophète Ézéchiel dans l’Écriture16.
De même, ils disent et pensent que ce mauvais prince s’enorgueillit tant d’avoir réussi à tromper les âmes au ciel, qu’il entreprit d’y monter en force avec ses armées. Là, il engagea une grande bataille avec l’archange Michel et ses anges, mais comme il ne put avoir le dessus, ils disent que ce dragon, qui est le mauvais prince ou le diable, fut précipité du haut du ciel sur la terre. Pour prouver tout leur raisonnement, ils s’appuient sur ces paroles de l’Apocalypse qui disent : « Il y eut une grande bataille dans le ciel : Michel et ses anges livraient bataille au dragon, et le dragon combattait avec ses anges »17. Ils disent et pensent aussi que tout cela eut lieu avant la création de l’homme.
De même, ils pensent et disent que le diable, le prince mauvais, emporté par une grande colère parce qu’il n’avait pu maîtriser ces âmes qu’il avait ravies par sa ruse, enferma ces âmes dans des corps humains en guise de prisons et continue à le faire chaque jour, selon ce qui est écrit dans l’épître du bienheureux apôtre Pierre : « C’est là, dit-il, que l’Esprit est allé prêcher à ceux qui étaient en prison »18. <Ils s’appuient> aussi <sur ce passage des Psaumes> : « tire mon âme de la prison et je confesserai ton nom »19.
De même, ils pensent et disent que le Père Saint du ciel de gloire, voyant et comprenant qu’un nombre considérable d’âmes célestes avaient été maltraitées et ravies par le mauvais prince, envoya son fils bien aimé, notre Seigneur Jésus, du ciel jusqu’à notre terre et air ténébreux, dans le sein de la bienheureuse vierge Marie, pour la rédemption de ces âmes ravies par le diable.
De même, ils pensent que le Christ était une de ces âmes et qu’il avait un corps céleste, que le Père Saint avait composé à partir d’éléments supérieurs, doté d’un esprit pour la gouverne et la garde de son âme. Ils disent et pensent que cet esprit provient et a été généré par son Père, à partir de la substance du Père. C’est de cet esprit que parlent les évangélistes : « Après avoir incliné la tête, il rendit l’esprit »20. Sur l’âme du Seigneur, le même évangéliste dit : « Mon âme est triste à en mourir »21. Sur le corps, nous en avons le témoignage dans les évangiles parce qu’il est écrit qu’ils retirèrent ce corps de la croix et qu’« ils le déposèrent dans le tombeau »22. On trouve aussi dans les Prophètes : « tu m’as formé un corps »23.
Ils disent et confessent aussi que Christ a ressuscité de la mort dans ce corps, parce que son esprit et son âme sont revenues dans ce corps trois jours après. C’est dans ce corps qu’il apparut plusieurs fois à ses disciples et apôtres, comme on le lit dans les évangiles. Il s’est aussi montré à eux pendant quarante jours. Le quarantième jour, ils croient que le Seigneur est monté au ciel, en la présence et sous le regard des apôtres, dans le même corps que celui dans lequel il était descendu, parce qu’il est écrit : « il est celui qui descendit dans les parties inférieures de la terre »24 et « personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel »25.
Ils disent aussi que le Seigneur siège, en grand triomphe, à la droite du Père Saint, céleste et glorieux, parce qu’il a vaincu le diable, celui qui avait l’empire de la mort. Ils ne remettent pas en question le fait que le Seigneur Jésus viendra de là, avec ce même corps, pour juger les vivants et les morts. Ce jour-là, Jésus-Christ appellera ces âmes, qui avaient été ravies par le diable, à venir dans son royaume, comme nous l’avons dit, et alors ces âmes recevront la couronne de justice qu’elles avaient perdue quand elles furent ravies. C’est pourquoi l’Apôtre dit : « Ce jour-là, le Seigneur me rendra la couronne de justice »26.
De même, ils disent que toutes les âmes réintégreront leur propre corps qu’elles avaient quitté quand elles furent ravies, parce que « où que soit le corps, là se rassembleront aussi les aigles »27. Ils disent et croient aussi que leur réintégration dans leurs corps est la résurrection des morts, et que c’est pour cela que l’Apôtre dit : « Nous ressusciterons tous, certes, mais nous ne serons pas transformés »28. Job déclare aussi : « Je verrai le Seigneur dans ma chair »29 et Job dit bien « dans ma chair » et non dans une autre chair, parce qu’il sera dans la chair céleste qui fut, à ce qu’ils disent, celle des âmes.
De même, ils disent que les âmes célestes furent ravies par le démon et quelles furent enfermées ici-bas dans des corps humains où elles font pénitence, tant pour les péchés de transgressions qu’elles ont commis au ciel que pour ceux qu’elles commettent dans leur vie présente. Ils affirment que ces âmes commencent cette pénitence avec ceux de leur foi qui reçoivent l’imposition des mains. Ils croient aussi que cette imposition des mains est le baptême du Christ. Ils disent aussi que lors de cette imposition des mains, l’âme reçoit, pour sa gouverne et sa garde, son propre esprit qu’elle avait laissé au ciel lorsqu’elle consentit au diable et fut ravie par lui. Ils considèrent et disent que cet esprit est l’Esprit Saint, et qu’il est ferme parce qu’il est resté ferme quand les âmes succombèrent à la tromperie du diable, et aussi parce qu’il ne peut succomber au diable, même ici-bas, tant qu’il gouverne et garde l’âme.
De même, ils disent que la bienheureuse Vierge Marie était au nombre des âmes supérieures, possédant un corps céleste, une âme et un esprit pour la gouverne et la garde de son âme, comme nous l’avons dit au sujet des autres âmes.
De même, ils disent et croient que le Christ n’a rien pris de la Vierge et qu’il n’a rien tiré d’elle. Il n’a été que porté par elle. C’est pourquoi il déclara à sa mère : « Femme, qui y-a-t-il entre moi et toi ? »30. C’est comme s’il disait : « Qu’ai-je pris de toi ? Rien ». Ils croient en effet que le corps de la vierge est, comme nous l’avons dit, céleste et composé d’éléments supérieurs comme tous les autres corps célestes que le Père Saint a formés. Ils disent que le Christ sortit de ce corps neuf mois plus tard et qu’il est né de la vierge d’une manière surnaturelle, conformément à la volonté du Père Saint, comme nous le lisons dans les évangiles31. Ils ne nient pas que le corps du Christ et de la Vierge étaient visibles et tangibles, ils le confessent au contraire suffisamment, mais ils disent que c’est par la puissance du Père céleste qu’ils pouvaient être touchés.
Ils disent aussi que le Père a donné tout pouvoir à son fils dans le ciel et sur la terre pour la victoire qu’il fit sur le mauvais prince, selon ce passage : « tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre »32.
De même, ils disent que le Christ aurait souffert, aurait été crucifié et serait mort.33
De même, ils font la distinction entre l’Esprit Saint, l’Esprit Paraclet34 et l’Esprit Principal.
<En ce qui concerne l’Esprit Saint> : Ils appellent saint et ferme, comme nous l’avons dit, chacun de ces Esprits dont nous avons dit plus haut qu’ils furent donnés aux âmes séduites et ravies pour leur garde et leur gouverne ici-bas. C’est pourquoi ils appellent ces Esprit, Saints, parce qu’ils sont restés fermes et parce qu’ils ne furent pas ravis.
<En ce qui concerne> l’Esprit Paraclet : Ils disent que chaque âme reçoit cet Esprit Paraclet ou Consolateur lorsqu’elle reçoit la Consolation au nom du Christ, selon leur usage. Ils supposent donc qu’il existe une multitude d’Esprits Paraclets ou Consolateurs. Certains d’entre eux pensent aussi qu’ils furent faits ou créés par Dieu, tandis que d’autres disent qu’ils existent depuis toujours. Il disent que c’est de cet Esprit que parle le Christ ici : « Je vous donne l’Esprit Paraclet »35.
<En ce qui concerne> l’Esprit Principal : Ils disent qu’il est celui que nous appelons Saint-Esprit, et que c’est le Psalmiste qui le nomme Principal parce qu’il dit : « affermis en moi l’Esprit Principal »36. Mais eux aussi appellent cet Esprit, Saint-Esprit, lorsqu’ils disent : « Adorons le Père, le Fils et le Saint-Esprit ». Ils considèrent aussi que cet Esprit Principal est plus estimable, vénérable et remarquable que les autres Esprits célestes.
Ils disent aussi qu’il est d’une très grande dignité et d’une ineffable beauté, parce que tous les autres anges désirent toujours plonger leur regard en lui, comme le dit l’apôtre Pierre : « Les anges désirent plonger leur regard en lui »37.
De même, ils disent que le Père est plus grand que le Fils, c’est pourquoi le Christ a dit : « Le Père est plus grand que moi »38.
Ils affirment que l’Esprit Principal est plus grand que le Père, parce que c’est lui qui est envoyé par le Fils, comme il le déclare : « Je vous donne un autre Consolateur »39 ;40 et ailleurs : « il le recevra de moi »41.42
De même, ils croient que le Fils n’est pas Dieu, ni le Saint-Esprit ou Esprit principal. Ils croient au contraire que le Père est différent en nature du Fils et du Saint-Esprit, et le Fils différent en nature du Père et du Saint-Esprit. Ils pensent que seul le Père est Dieu. Et sur le fait que nous lisons dans les évangiles que le Seigneur Jésus-Christ a ressuscité les morts, a rendu la vue aux aveugles, a guéri les boiteux et les infirmes selon la chair, ils disent que cela ne s’est pas passé ainsi en réalité, c’est juste ce que les hommes ont cru voir. D’autre part, ce qu’on lit sur tout ce que le Christ a fait selon la chair, d’un point de vue extérieur, ils disent que c’était complètement irréel parce qu’en vérité rien n’a été changé, et non parce qu’il aurait eu en lui la faculté d’opérer ces prodiges, comme les hommes le croyaient de leur point de vue extérieur. Ils disent donc de lui qu’il a joué et jonglé comme un prestidigitateur qui tire un lapin43 d’un chapeau. Mais cela le prophète […]44 etc..
Ils disent et croient qu’avant leur chute, le David céleste45 l’a annoncé en prophétisant la chute de ces âmes qu’ils disent venir des cieux, et qu’un autre prophète a annoncé des prophéties sur leur chute et leur restauration, de la même façon. Ils croient donc que leur chute a été prédite dans les cieux.
De même, dans leur Église, qu’ils disent être l’Église de Dieu, il existe les fonctions d’évêque, de fils majeur, de fils mineur, de diacre, d’ancien et de leurs petits-fils, c’est-à-dire les chrétiens et les croyants. Ce sont les sept catégories de leur Église.
Voilà tout ce que ces gens-là croient et pensent, comme je l’ai saisi et compris d’après les propos que m’a tenus Giovanni di Bergamo, docteur et prédicateur de leur Église, lequel m’a dit aussi que quarante années s’étaient écoulées depuis qu’il avait été cathare, et d’après les propos de Giovanni di Cucullio, qui a été lui aussi un de leurs prédicateurs et docteurs, comme il me l’a dit, pendant vingt-cinq années.

LES DIVERGENCES DES HÉRÉTIQUES

LES HÉRÉTIQUES DE DRAGOVITSA :

Les hérétiques qui tiennent leurs erreurs de Dragovitsa, que l’on appelle aussi Albanistes46, disent47, croient, prêchent et tiennent pour certain qu’il existe deux seigneurs sans principe et sans fin, un absolument bon et l’autre absolument mauvais. ils disent aussi que chacun créa ses anges, le bon, des bons, et le mauvais, des mauvais.
Ils disent aussi que le Dieu bon omnipotent est dans la patrie céleste, et que le mauvais <dieu> domine toute la création terrestre.
Ils disent aussi qu’il existe deux natures, une bonne, incorporelle, divine et céleste, créée par le Dieu tout puissant, et l’autre mauvaise, corporelle, animale et terrestre, créée par le dieu mauvais.
Ils disent aussi que Lucifer est le fils du dieu des ténèbres, parce qu’il est écrit dans Jean : « Vous avez pour père le diable et […] il est menteur et père de lui »48,<c’est-à-dire <que le diable est le père> de Lucifer, comme il faut l’expliquer, et du mensonge.
Ils disent aussi que Lucifer monta depuis son règne ici-bas au ciel supérieur, parce qu’il est écrit dans Isaïe : « Je monterai au ciel, etc. »49, et alors il fut transformé en ange de lumière. Admirant sa beauté, les anges intercédèrent auprès du Dieu bon en sa faveur. Il fut accepté dans le ciel et il y fut établi intendant des anges. C’est pourquoi on trouve dans Luc : « Il était un homme riche qui avait un Intendant, etc. »50. Il séduisit les anges pendant qu’il exerçait sa fonction d’intendant et c’est alors qu’eut lieu la bataille dont il est question dans l’Apocalypse : « Il fut jeté le dragon, l’antique serpent »51. <Et il le fut> avec les anges qu’il avait séduits, c’est pourquoi il est écrit dans l’Apocalypse : « Sa queue précipita la tierce partie des étoiles du ciel »52. Ces anges étaient constitués de trois parties : de l’âme, du corps et de l’esprit. Les corps restèrent au ciel en état de mort. Ils sont dits « os desséchés »53 dans Ézéchiel et sont appelés «corps célestes »54 par l’apôtre. Les esprits restèrent également au ciel, mais les âmes furent ravies par ce Lucifer et sont incorporées dans ce monde.
Ils disent aussi que Christ, le Fils de Dieu, descendit pour ces âmes seulement, conformément à ce qui est écrit : « Le fils de l’homme n’est pas venu pour perdre les âmes mais pour les sauver »55. II est écrit également dans Matthieu : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël »56. De même : « Le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu »57 et il ramena une brebis sur cent58.
59Mais certains d’entre eux disent qu’avant cette bataille, Lucifer ne s’était pas transfiguré en ange de lumière, ni qu’il avait été institué intendant, ni que les bons anges avaient intercédé pour lui. Ils disent qu’il prit la malice des esprits malins et qu’ils rejoignit leur société. Il monta <alors au ciel> en force. C’est ainsi qu’eut lieu la bataille dont parle l’Apocalypse. Au sujet de cette bataille, ils citent souvent ce psaume : « Dieu, les païens sont venus dans ton héritage »60.
Ils disent aussi que les vêtements, les couronnes et les trônes qu’ils perdirent sont restés depuis au ciel et qu’ils doivent de nouveau les réintégrer. C’est pourquoi l’apôtre dit : «Il ne me reste qu’à attendre la couronne de justice, etc. jusqu’à : à sa venue »61.
Ils disent aussi que le diable a déjà été jugé parce qu’il est écrit : « Le prince de ce monde sera jeté dehors »62.
Ils disent aussi que les corps humains que le dieu des ténèbres créa sont animés pour une partie par ces esprits impurs ou malins et pour l’autre partie par ces âmes qui chutèrent. Chacune de ces âmes fait pénitence dans un de ces corps. Si elles ne se sauvent pas dans un corps, elles entrent dans un autre corps jusqu’à ce qu’elles fassent pénitence. En faisant pénitence, elles récupéreront le corps et l’esprit qui étaient restés au ciel. C’est ce qu’ils expliquent à l’appui de l’épître de l’apôtre à Timothée : « Que le Dieu de la paix vous préserve afin que votre esprit, votre âme et votre corps soient intacts, etc. »63. Les hérétiques qui disaient cela, c’étaient jadis les manichéens, maintenant ce sont ceux que l’on appelle cathares.

64LES HÉRÉTIQUES DE CONCOREZZO :

Les hérétiques de Concorezzo, qui tiennent leur hérésie de Slavonie et pour certains autres de Bulgarie, croient et prêchent un seul Dieu, bon et omnipotent, sans origine, qui créa les anges et les quatre éléments.
Ils disent aussi que Lucifer et ses complices péchèrent au ciel, mais ils sont hésitants sur l’origine de leurs péchés. Certains disent que c’est un arcane.
65Par contre, certains disent qu’un mauvais esprit, qui avait quatre faces : une d’homme, une d’oiseau, une de poisson et une animale, et qui était sans origine, demeurait dans le chaos ici-bas sans avoir le pouvoir de créer. Lucifer, qui était bon jusqu’à ce moment là, descendit et fut dans l’admiration de cet esprit en regardant sa face. Il remonta au ciel et séduisit les autres <anges>. Ils furent <alors> chassés du ciel mais ils ne perdirent pas leurs dons naturels.
Ils disent aussi que Lucifer et cet esprit mauvais voulaient séparer les éléments, mais qu’ils ne le pouvaient pas. Lucifer obtint alors de Dieu l’aide d’un bon ange, et c’est grâce à cette concession de Dieu et l’aide, la puissance et la sagesse du bon ange qu’ils divisèrent les éléments.
Ils disent aussi que Lucifer est ce dieu qui est dit avoir créé le vaste ciel et la terre. Il fit ces ouvrages en six jours. Il modela aussi Adam et Ève à partir du limon de la terre et il insuffla dans ces modelages le bon ange. C’est pourquoi, il est écrit dans Matthieu : « Le prenant <à la gorge>, il l’étranglait »66. Il fit Ève pour Adam, afin que par elle il le fasse pécher67.
Ils disent aussi que la consommation du fruit défendu était la fornication. Certains d’entre eux disent aussi que c’est ainsi que l’esprit est engendré par l’esprit comme le fait la chair à partir de la chair, en raison de ce passage : « Ce qui est né de la chair et chair et ce qui est né de l’esprit est esprit »68.
Mais les autres qui désapprouvent cette opinion disent que tous les esprits doivent être sauvés ensemble69 et qu’ils sont mis, au fur et à mesure, dans les corps humains par la volonté de Dieu. Et eux, ceux qui disent que tous les esprits doivent être sauvés ensemble, affirment que ces esprits qui chutèrent du ciel sont incorporés. Ils avancent aussi que ces esprits passent d’un corps à un autre, jusqu’à ce qu’ils entrent dans un corps où ils peuvent se sauver, et qu’il en sera ainsi jusqu’à la consommation des siècles. Les bons et les mauvais seront <alors> jugés tous ensemble. Les bons reprendront leurs places et les mauvais subiront la peine éternelle.
D’autres encore disent que seule une partie de ceux qui chutèrent seront sauvés, à savoir ceux qui péchèrent, non de leur propre volonté mais par contrainte. Quant à ceux qui péchèrent en pleine conscience, ils seront damnés. Ils disent aussi que d’autres esprits ont été crées par Dieu afin qu’ils prennent la place de ceux qui ne doivent pas être sauvés.
Par contre, l’opinion qui est commune à tous les cathares est que tout ce qui est écrit dans la Genèse, sur le déluge, la délivrance, la discussion entre Dieu et Abraham, la destruction de la Pentapole, à savoir Sodome et les autres cités, a été accomplis par le diable, celui qui est nommé <Dieu> dans ce livre. Ils disent aussi que c’est lui qui fit sortir le peuple de la terre d’Égypte, qui submergea pharaon dans la mer Rouge, qui donna la loi au peuple et qui le conduisit dans la terre promise. Ils disent aussi qu’il leur envoya des prophètes et des prophéties, et qu’il se faisait offrir le sang des animaux afin d’être honoré en tant que dieu.
Ils disent aussi que quand ces prophètes prédisaient quoi que ce soit sur le Christ, ils prophétisaient sans le savoir sous la contrainte de l’Esprit Saint. La plus grande partie d’entre eux confesse que c’est le Dieu tout puissant qui fit tout cela, non par lui-même mais en se servant du diable comme d’un serviteur.
Ils disent aussi que le diable, avec la science et la puissance qui lui a été conférée par le Tout Puissant, pourrait sans fin dominer le monde d’ici-bas, mais que Dieu s’en tient à une autre intention, afin de recueillir les fruits du bien par la pénitence de ceux qui doivent être sauvés.

70VOICI CE QUE DISENT LES HÉRÉTIQUES DE BAGNOLO :

Les hérétiques de Bagnolo croient que le Fils de Dieu est venu au temps de la grâce. À savoir que le Christ, Jean-Baptiste et Marie furent trois anges qui apparurent dans <des corps> de chair.
Ils disent que le Christ ne prit pas chair véritablement, ni mangea, ni but, ni n’a été crucifié, ni n’est mort, ni n’a été enterré <véritablement>. Tout ce que l’on a cru voir faire conformément à la nature humaine, il le fit en apparence seulement et non réellement.
71Certains de Bulgarie croient que Marie était une vraie femme. Ils disent aussi que le Fils de Dieu prit d’elle sa chair, qu’il mangea de la viande, qu’il fut crucifié dans cette chair et qu’il la délaissa au moment de son ascension. Et sur Jean baptiste, ils disent qu’il fut envoyé par le dieu mauvais avec le baptême d’eau pour entraver la prédication du Christ.

72DE MÊME, LES ALBANISTES73 :

[…]

<ABRÉGÉ DES ERREURS DES TROIS SECTES> :

Ces chapitres trop brièvement écrits que nous avions entrepris contiennent presque toutes les erreurs des trois sectes, à savoir celles des Albanistes74, celles de ceux de Bagnolo et celles de ceux de Concorezzo. Certains d’entre eux sont en partie en désaccord sur certains points, d’autres en revanche les croient tous. Nous les noterons en abrégé A, B, C. Comme certaines croyances divergent de celles des autres, nous les avons noté par A, B et C. A pour les croyances propres à la secte des Albigeois, B pour celles propres à ceux de Bagnolo et C pour celles propres à ceux de Concorezzo. Là où sont marquées les trois lettres, c’est que les trois sectes partagent les mêmes croyances, et là où se trouvent deux lettres seulement, c’est que deux sectes seulement s’accordent.
Voici en résumé les erreurs des hérétiques des trois sectes. Le A désigne les Albanistes75, le B ceux de Bagnolo et le C ceux de Concorezzo. Quand il y a une seule lettre cela veut dire que cela ne concerne qu’une seule secte.


– Le Dieu bon n’a pas créé les corps visibles ici-bas : A et B.
– Le Dieu bon n’est pas le créateur de toutes choses : A, B, et C.
– Toutes les choses ne sont pas soumises à un seul Dieu : A et B.
– Christ n’est pas le plus grand de tous : A, B et
– Dieu ne damnera pas à perpétuité : A, B et C
– Dieu n’insère pas ni ne crée de nouvelles âmes : A.
– Les hommes ne vont pas immédiatement en enfer ou au paradis : A, B et C.
– Le Christ n’a pas eu nos souffrances : A, B et C.
– Dieu ne fait pas et n’a pas fait quoi que ce soit de périssable : A, B et C.
– Le Christ a amené sa chair du ciel : A et B.
– Le Christ n’est pas Dieu : A, B et C.
– Le Christ n’est pas le fils de la bienheureuse Marie : A et B.
– Le Christ n’a pas pris sa chair de la bienheureuse Marie : A et B.
– La bienheureuse Marie n’était pas une femme : A et B.
– Le Christ n’a pas été un vrai homme : A et B.
– Le Christ n’a pas mangé corporellement : A et B.
– Le Christ n’a pas souffert dans la chair : A et B.
– Le Christ n’est pas mort : A et B.
– Le Christ n’est pas monté au ciel dans sa chair : C.
– Le Christ n’a pas ressuscité véritablement parce qu’il n’est pas mort : A et B.
– Le Christ n’a pas ressuscité dans sa chair. C.
– Le Christ n’est pas descendu aux enfers : A, B et C.
– L’Esprit Saint n’est pas donné par le baptême d’eau naturelle : A, B et C.
– Jean-Baptiste était mauvais : A, B et certains de C.
– <Jean-Baptiste> n’était pas un homme de chair : A, B et certains de C.
– Il n’y a pas de résurrection des corps : A, B et C.
– Les enfants ne peuvent pas se sauver : A, B et C.
– La Loi de Moïse n’est pas bonne, et les prophètes ne le sont pas non plus : A, B et C.
– Les anciens pères de l’Ancien Testament ne sont pas sauvés : A, B et C.
– L’Ancien Testament n’est pas du Dieu bon : A, B et C.
– Moïse était mauvais : A, B et C.
– Il n’y a pas eu de salut par la Loi de Moïse et il n’y en a aucun : A, B et C.
– Le Dieu bon n’a pas fait sortir le peuple d’Israël d’Égypte : A, B et C.
– Dieu, le Père, n’a pas parlé aux anciens pères : A, B et C.
– Le Dieu bon n’a pas donné la circoncision : A, B et C.
– Adam n’a pas été fait par Dieu : A, B et C.
– Il n’y avait pas de bonnes personnes avant la venue du Christ : A, B et C.
– Le Christ n’est pas égal au Père : A et B.
– Les choses visibles ici-bas n’ont pas été créées par Dieu, cependant ceux de Concorezzo disent qu’elles furent créées par Dieu parce qu’il avait fait les quatre éléments, et ce n’est qu’à partir de ces quatre éléments que Lucifer forma par la suite toutes ces choses, chacune selon son genre, comme elles le sont. D’autres, par contre, disent que Dieu n’a rien fait qui soit visible par nous, ni par la matière, ni par la disposition, ni par la forme. Et quand ils concèdent qu’il fit les choses visibles, ils disent qu’elles ne sont visibles que par les anges.
– L’ennemi ne doit pas être aimé selon l’Ancien Testament. A, B, C.
– L’ennemi doit-être aimé selon la Vérité : A, B et C.
– Les anges qui chutèrent sont les brebis dont il est question dans l’Évangile : A et et une partie de B.
– Le baptême d’eau ne vaut rien et ne possède aucune efficacité : A, B et C.
– L’Esprit Saint ne peut être donné sans imposition des mains : A, B et C.
– Dans l’Église de Dieu il n’y a ni bons ni mauvais : A, B et C.
– Les prêtres et les diacres ne peuvent appartenir à l’Église de Dieu s’ils sont mauvais : A, B et C.
– Le sacrement administré est rendu sans effet par la mauvaise vie d’un prélat : A, B et C.
– Les prêtres ne doivent pas gouverner le peuple : A, B et C.
– Les mauvais prêtres ne peuvent pas exercer leur ministère ni conférer <quoi que ce soit> de bon : A, B et C.
– L’Église de Dieu ne peut ni ne doit posséder autrement que de manière commune : A, B et C.
– Il ne doit pas y avoir dans l’Église de sous-diacres et d’acolytes : A, B et C.
– L’Église ne peut faire d’institutions <ou de constitutions> : A, B et C.
– Nulle mauvaise personne ne peut-être évêque : A, B et C.
– L’église matérielle n’est pas bonne et l’on ne doit pas y prier : A, B et C.
– L’Église ne doit pas persécuter les mauvais : A, B et C.
– L’Église ne peut excommunier : A, B et C.
– Les enterrements ne doivent pas être faits de cette manière : A, B et C.
– L’onction d’huile ne vaut rien : A, B et C.
– Le sacrement de l’autel76 ne vaut rien : A, B et C.
– Les aumônes ne doivent être faites qu’aux bonnes personnes : A, B et C.
– Il ne faut pas réciter et chanter de prières autres que l’Oraison dominicale : A, B et C.
– Le péché ne résulte pas du libre arbitre : A, B et C.
– Le péché originel n’existe pas : A, B et C.
– L’homme ne peut commettre un péché s’il n’a pas été commis au ciel : A et B.
– L’œuvre du diable n’est pas autre chose que le péché. A, B et C. Ils divergent tous à partir de là77.
– Le feu du purgatoire n’existe pas. A et B.
– L’enfer n’existe pas. A et B.
– Le Dieu bon ne donne pas vie aux corps ni ne les tue : A, B, C.
– Le dieu mauvais donne vie corps et les tue : A, B et C.
– Le Dieu qui accorde sa grâce ne juge pas par bons et mauvais : A, B et C.
– Le Dieu qui exerce sa vengeance n’accorde pas sa grâce : A, B et C.
– Le mal absolu n’est pas de Dieu : A, B et C.
– L’âme ne sera pas damnée : A, B et C.
– Le monde a toujours été et sera toujours : A et B.
– L’homme ne peut pas se sauver par la foi seule dans n’importe quel cas : A, B et C.
– L’homme ne peut pas se sauver avec son père et sa mère : A, B et C.78
– Il ne faut pas se confesser : A, B et C.
– Le jugement a été rendu : A, B et C.
– Le mariage est mauvais : A, B et C.
– Personne ne peut se sauver : A, B et C.
– Manger de la viande est un péché : A, B et C.
– Le <mot> « prochain » ne signifie pas « tout homme ». A, B et C.79
– Nul ne peut échapper <à son sort> : A, B et C.
– L’usure n’est pas prohibée : A, B et C.
– L’homme ne doit pas rendre ce qui a été pris : A, B, C. 80
– Il n’est pas licite de tuer quelqu’un : A, B et C.
– La vengeance ne doit pas être pratiquée : A, B et C.
– La justice ne doit pas être rendue par l’homme : A, B et C.
– Un homme ne doit pas être déféré à la justice parce qu’il peut se convertir : A, B et C.
– Le diable agit dans la création : A, B et C.
– La récompense est pour tous la même dans la patrie céleste : A, B et C.
– L’homme peut donner l’Esprit Saint : A, B et C.
– L’Esprit Saint et l’Esprit Paraclet ne sont pas les mêmes : A, B et C.
– L’homme intérieur n’est pas l’âme : A, B et C.
– Il ne faut pas se raser la tête. A, B et C.81

<DÉMONSTRATION DE LA NON EXISTENCE D’UN PRINCIPE DU MAL>

Voici comment on prouve qu’il n’y a pas de principe du Mal comme le prétendent les hérétiques. Aucune privation n’existe indépendamment de son sujet, comme le cas par exemple de la cécité ou de la claudication. Donc, si on pense que le mal existe tout à fait indépendamment, c’est qu’il n’existe pas.
De même, aucun manque d’être n’existe en tant qu’être. Ainsi en est-il du mal, donc il n’existe pas ou plutôt il n’est rien par lui-même en tant que tel, si ce n’est existant par la raison dans le sujet, ce que nous admettons. Ainsi, il est clair qu’il n’y a pas de principe du Mal puisqu’un principe est quelque chose qui existe.
De même, je demande <à l’hérétique> ce qu’il appelle principe. S’il répond : « Je ne sais pas », je lui rétorque : « Pourquoi affirmes-tu, dans le débat, ce que tu ne sais pas ? ». Voici ce que dit l’Apôtre à Timothée au chapitre 1 : « parmi eux certains dans la confusion se sont adonnés à un vain bavardage, voulant se faire docteurs de la loi, ne comprenant ni ce qu’ils disent ni de quels arguments ils étayent leurs affirmations »82. Mais si l’hérétique répond : « Un principe est ce avant quoi rien n’existe et à partir de quoi tout existe », je lui rétorque : « Ton affirmation est juste et c’est ainsi qu’il convient de définir le principe. Donc, il ne peut y avoir deux principes et donc le mal n’est pas un principe puisque par définition un principe existe avant toute chose ».
De même, si l’hérétique prétend que ce principe du mal serait le diable. Je demande seulement si le diable pèche. S’il répond : « Je dis non », c’est donc que le diable n’est pas principe du péché comme il le prétend. Mais s’il répond : « Oui, il pèche », je lui demande ce que c’est que pécher. S’il répond que c’est agir contre une loi, <je rétorque> que si le diable agit contre sa propre loi, il ne pèche pas puisque sa loi est mauvaise. Mais s’il réplique en disant que le diable agit contre la Loi de Dieu, je rétorque : « Puisque lui-même est mauvais par nature et ne peut pas reconnaître comme bonne la loi divine, il n’agit pas contre cette Loi et donc ne pèche pas » . Donc, il n’est pas principe du Mal. Ainsi, l’hérétique dit qu’agir contre la loi n’est pas pécher à l’inverse de ce que dit l’Apôtre : « Là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas non plus de faute »83.
Il est donc clair que le Mal n’est pas un principe, que le diable n’était pas mauvais par nature et qu’il n’est pas un principe, puisqu’il a été créé en tant qu’ange bon par Dieu, qui est principe et créateur de toutes choses visibles et invisibles, selon ce qui paraît ci-dessous à travers les paroles des Saints.84

_____________________________________

1En marge : « Ici commence la petite somme contre les erreurs connues des hérétiques ».

2Cantiques des cantiques 2 : 15.

3C’est-à-dire universelle en latin.

4Jacques 5 : 20.

5Consulter Decretalium Gregorii papae IX compilationis Liber V, Capitulum III.

6Ibid. Capitulum I.

7Ibid. Capitulum II.

8Certainement le serpent de la Genèse qui provoqua la chute d’Adam et Eve. Les cathares l’identifiaient au dragon de l’Apocalypse qui fit chuter les anges du ciel.

9Jean 14 : 30.

10Matthieu 6 : 24.

11II Corinthiens 4 : 4.

12Exode 20 : 3.

13La tradition catholique attribue à Salomon les Proverbes, le Cantique des cantiques, l’Ecclésiaste et la Sagesse.

14Matthieu 15 : 24.

15Apocalypse 12 : 4.

16Voir Ézéchiel 37 : 4.

17Apocalypse 12 : 7.

18La citation n’est pas conforme au texte de la Vulgate : « in quo et his, qui in carcere erant, spiritibus veniens predicavit » (dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison).

19Psaumes 141 : 8. La citation n’est pas rigoureusement conforme au texte de la Vulgate mais le sens est le même.

20Jean 19 : 30.

21Il s’agit en fait d’une citation de Matthieu 26:38 ou de Marc 14 : 34.

22Citation approximative de Matthieu 27 : 60, de Marc 15 : 46 ou encore de Luc 23 : 53.

23Il s’agit en fait d’une citation tirée de l’Épître aux Hébreux 10 : 5.

24Citation non identifiée.

25Jean 3 :13.

26II Timothée 3 :8.

27Matthieu 24 : 28 ou Luc 17 : 37.

28I Corinthiens 15 : 51. Le texte de la Vulgate dit : « omnes quidem resurgemus, sed non omnes immutabimur » (Nous ressusciterons tous, certes, mais tous ne seront pas transformés).

29Job 19 : 26.

30Jean 2 : 4.

31Cf. Luc 1 : 31.

32Matthieu 28 :18.

33Ce subjonctif ne nous semble pas être celui des cathares, mais celui de l’auteur puisqu’il vient de rapporter que le Christ possédait un corps céleste et non terrestre. L’auteur met en doute le fait que dans ces conditions le Christ ait pu souffrir ou même mourir sur la croix. Mais pour les cathares, il n’y a pas de contradiction. Le Christ a souffert, a été crucifié et a été mort, mais d’une souffrance et d’une mort aussi apparente et surnaturelle que le fut sa propre naissance du sein de la Vierge.

34Terme grec traduit par consolateur en latin.

35Jean 14 : 16. Le texte de la Vulgate est : « Alium Paracletum dabit vobis » (Je vous donnerai un autre Consolateur).

36Psaumes 51 : 14.

37I Pierre 1 : 12.

38Jean 14 : 28.

39Jean 14 : 16.

40Le propos entre en contradiction avec ce que l’auteur dit précédemment, à savoir que l’Esprit paraclet ou consolateur est différent de l’Esprit principal. Or, ici l’Esprit principal est associé à l’Esprit paraclet ou consolateur.

41Jean 16 : 15.

42Le propos général mérite d’être éclairé parce que les termes employés ou cités portent à confusion. Ils ne rendent pas immédiatement intelligible la logique du propos. Si le Père a envoyé le Fils, ce n’est toutefois pas le Père qui est annoncé par le Fils, mais le Saint-Esprit, que les cathares associent ici à ce qu’ils appellent Esprit Principal. Par conséquent, l’Esprit Principal est supérieur au Père, sinon ce serait le Père que Jésus aurait annoncé.

43Littéralement un œuf. Les joculator, les jongleurs, faisait apparaître sous leur chapeau, un œuf, une noix ou un escargot et pas encore de lapins ou de colombes.

44Il manque ici une citation qui est totalement illisible dans le manuscrit.

45Certains cathares disaient en effet que « l’Ancien Testament » rapportait des faits qui s’étaient déroulés dans le ciel. C’est pourquoi il est question ici du David céleste.

46Albigeois dans le texte. Le copiste à manifestement confondu Albanenses avec Albigenses. Nous avons donc corrigé en conséquence. Les Albanistes étaient l’une des trois principales écoles cathares italiennes.

47Une autre version de ce passage en italique est : « leur ordre de Dragovitsa, à savoir Marchisio de Soragno, leur évêque de Desenzano, et Amigo, son fils majeur, prélats d’une partie des hérétiques ».

48Jean 8 : 44.

49Isaïe 14 : 13.

50Luc 16 : 1.

51Apocalypse 12 : 9.

52Apocalypse 12 : 4.

53Ézéchiel 37 : 4.

54I Corinthiens 15 : 40.

55Luc 9 : 56.

56Matthieu 15 : 24.

57Matthieu 18 : 11.

58C.f. Matthieu 18 : 12 – 14.

59En marge : « De même, divergence de certains hérétiques ».

60Psaume 79 : 1.

61II Timothée 4 : 8.

62Jean 12 : 31.

63I Thessaloniciens 5 : 23.

64En marge : « De même, autre divergence des hérétiques ».

65En marge : « De même, leur divergence ».

66Matthieu 18 : 28.

67Il s’agit bien entendu du péché de la relation sexuelle.

68Jean 3 : 6.

69C’est-à-dire en faisant pénitence.

70En marge : « De même, divergence des hérétiques ».

71En marge : « De même, la divergence des Bulgares ».

72En marge : « Ceux-là aussi renversent l’Écriture sacrée à leurs mauvaises erreurs ».

73Albigeois dans le texte, mais comme nous l’avons déjà signalé, le copiste a confondu Albanenses avec Albigenses. Nous avons donc corrigé par Albanistes.

74Ut supra.

75Ut supra.

76C’est-à-dire l’eucharistie.

77Comme cette indication ne peut pas concerner les propositions qui suivent, puisque toutes, sauf une, sont classées communes aux trois écoles, il faut la rattacher à la proposition qui précède. Nous comprenons alors que si toutes les écoles s’accordent sur le fait que le diable soit l’auteur du péché, toutes l’expliquaient de manières différentes.

78Autrement dit s’il n’a pas rompu avec les liens familiaux.

79Effectivement, il désigne dans la bible le coreligionnaire ou le compatriote.

80 Autrement dit, l’homme ne doit pas restituer à un voleur ce qu’il a volé.

81 Cette proposition vise la tonsure des catholiques.

82I Timothée 1 : 6.

83Romains 4 : 15.

84La suite du texte n’a pas été recopié.

Les commentaires sont fermés