L’hérésie des cathares en Lombardie

INTRODUCTION

Le De heresi catharorum in Lombardia  a été publié par Antoine Dondaine en 1949, dans la revue Archivum Fratrum Praedicatorum (Archives des frères Prêcheurs)1.

Le texte de ce manuscrit peut être divisé en deux parties. La première partie rapporte tous les événements qui ont abouti au schisme de l’Église cathare lombarde tandis que la deuxième partie résume la diversité de leurs opinions théologiques. L’objectif de l’auteur est tout à fait clair, il cherche à discréditer les cathares en montant en épingle leurs divisions doctrinale et ecclésiastique. Il nous semble, au regard de certaines tournures fort positives pour les cathares dans la première partie, que l’auteur s’est servi d’un témoignage d’un cathare passé dans les rangs catholiques.

L’auteur est inconnu. Il n’est pas mentionné dans le manuscrit et le texte ne donne aucun indice qui nous permettrait de l’identifier. Nous sommes tout autant démuni pour dater le document. Le texte ne livre aucun repère chronologique. Le seul repère que nous ayons est lié à l’un des personnages en question dans le document, un certain Marco qui était le premier évêque cathare en Italie. La charte dite de Niquinta éditée par Guillaume Besse2 nous apprend en effet que Marco a été ordonné évêque par un certain « papa Niquinta » en 1167, à Saint-Félix-de-Lauragais. Par ailleurs, l’auteur rédige au moment où Garatto, Otto de Bagnolo, Marquisio de Soiano et Nicola de Vicence étaient les évêques des quatre principales Églises cathares italiennes. Mais cela ne nous permet pas pour autant de dater précisément le document car nous n’avons pas de repère chronologique précis sur ces personnages. Nous pouvons toutefois estimer que le document se situe à la charnière du 12e et du 13e siècle.

1 Antoine Dondaine, La hiérarchie cathare en Italie. I. Archivum Fratrum Praedicatorum, t. XIX (1949), pp. 306-312.
2 Guillaume Besse, Histoire des ducs, marquis et comtes de Narbonne, Paris, 1660, pp. 483-486.

Les commentaires sont fermés