Résumé des semaines passées

 

Arfons, (Tarn), mai 2017 : Notre douzième semaine de retraite était également orientée vers la découverte du catharisme. Étude des thèmes fondamentaux des évangiles et du catharisme. Visite du site de Saissac.

Villeneuve-de-la-Raho (Pyrénées-Orientales), décembre 2016 : Notre onzième semaine de retraite était orientée vers la découverte du catharisme. Etude des thèmes fondamentaux des évangiles et du catharisme.

Visone (Italie), août 2016 : Notre dixième semaine de retraite avait pour but de faire découvrir le catharisme aux italiens. Deux conférences furent organisées à Gênes et à Acqui Terme. Chaque jour de la semaine était ouvert aux personnes extérieures sur des thèmes fondamentaux du catharisme. Lecture également commentée des passages clés des évangiles.
Visite de Gênes, d’Acqui Terme et de Visone et rappel historique de la présence des cathares dans ces cités.

Montségur (Ariège), avril 2016 : Notre neuvième semaine de retraite a eu pour sujet d’étude quatre thèmes étudiés par des participants pendant le temps de carêmes : la joie, les proscrits, l’utopie et le diable.

Llado (Catalogne), décembre 2015 : Notre huitième semaine de retraite a été consacrée à trois thèmes principaux : les carêmes cathares, le pardon et la pratique cathare aujourd’hui. Nos travaux ont débouché sur une révision de la liturgie de l’Oraison et de l’Amelioration. Il a été également décidé de vivre les trois carêmes annuels cathares en consacrant une semaine de chacun d’eux à la réflexion personnelle, à la prière et au jeûne.

Veyreau (Aveyron), septembre 2015 : Notre septième semaine de retraite a été consacrée à faire le point sur les semaines passées. Nous avons repris chaque jour le thème d’une de nos semaines précédentes pour voir ce qu’il fallait adapter ou modifier. Nous avons décidé de repasser à trois oraisons par jour mais de faire de chaque repas un moment sacré, par la prière et la bénédiction du pain partagé.

Lédergues (Aveyron), avril 2015 : Notre sixième semaine de retraite a été consacrée à la notion du péché dans la bible et à l’Appareillement « la confession collective des chrétiens cathares). Nous avons mis en évidence que si dans la Torah le péché est la désobéissance à la Loi d’Adonaï, dans l’Évangile le péché ne peut exister puisqu’il n’y a pas de Loi en christianisme. En christianisme, il n’y a pas d’autres fautes que les actions contraires à la conscience de chacun.

Le Bez (Tarn), novembre 2014 : Notre cinquième semaine de retraite a été consacrée au sens du baptême, la Consolation, et à leur rite. Nous avons arrêté le plan de la future maison cathare, là il s’agit des murs et du toit, grâce à l’aide d’un architecte. Nous avons opté pour un plan où les chambres soient ouvertes vers l’extérieur et non vers l’intérieur. Les cathares sont libres et ouverts au monde, et non refermés et cloisonnés sur eux-mêmes.

Limoux (Aude), juin 2014 : Notre quatrième semaine de retraite a été consacrée au pain bénit. Son sens dans les évangiles et dans l’Église cathare. Nous avons aussi décidé là aussi de renouer avec le rite tel qu’il était. Nous avons aussi choisi de tester le port de la robe de bure noire et nous avons décidé de passer à cinq oraisons par jour.

Concots (Lot), décembre 2013 : Notre troisième semaine de retraite a été consacrée au melioramentum ou Amélioration en Français. Son sens, sa signification, son rite. Nous avons décidé de reprendre tel quel le rite et de le faire comme le faisaient les cathares, deux fois par jour, le matin et le soir.

Castans (Aude), septembre 2013 : Notre deuxième semaine de retraite a été consacrée à l’Oraison. Nous avons dècidé de reprendre le rite tel que les cathares le pratiquaient pour renouer le fil. Et nous l’avons fait chaque jour, geste compris, trois fois par jour.

Canhac (Tarn-et-Garonne), janvier 2013 : Notre première semaine a été entièrement consacrée au texte du Notre Père et à la prière. Nos réflexions ont débouché sur un texte du Notre Père qui se veut fidèle à son esprit en trahissant un peu la lettre. Ceux qui traduisent comprendront que parfois être fidèle au mot à mot revient à trahir le sens. En tant que cathare, le choix entre la fidélité à la lettre et la fidélité à l’esprit ne se pose pas. Comme le disait si bien Paul : « la lettre tue, mais l’esprit vivifie » (II Co, 3 : 6).
Nous avons suivi pendant toute la semaine, ainsi que les semaines suivantes, le régime cathare, un carême le lundi, mercredi et vendredi, mais pas au pain et à l’eau comme le faisait les cathares médiévaux, mais une tisane le matin, du pain frotté d’ail ou de tomate le midi, et un bouillon de légumes le soir.

Les commentaires sont fermés